vous êtes confronté à une situation de maltraitance

Personne n'est à l'abri d'être un jour témoin d'une situation de maltraitance.
Chacun doit alors « briser la chaîne du silence » qui conduit à faire perdurer ces situations.

Les étapes à suivre face à une situation de maltraitance

  • Etre à l'écoute de la victime, montrer son soutien.
  • Chercher à avoir une vision objective de la situation, en confrontant sa perception de la situation avec le point de vue d'autres personnes (proches, membres de l'équipe).
  • Informer de la situation : le 3977, la hiérarchie, la police, le Procureur de la République..., suivant la situation.
  • Continuer à être attentif à l'évolution de la situation.

L'équipe du 3977 est présente pour soutenir les appelants à toutes les étapes.

Contacter le 3977

Le numéro d'appel est accessible du lundi au vendredi, de 9h à 19h. C'est un numéro non surtaxé, or éventuel surcoût de l'opérateur. Le 3977 propose :

  • Une écoute sans jugement :
    Les écoutant recueillent la parole de l'appelant, sans jugement, en toute neutralité.
    L'anonymat peut être préservé, si la personne le souhaite.
  • une analyse :
    En posant des questions sur le contexte (interventions de professionnels, avis du médecin traitant, existence d'aides financières...), les personnes concernées, l'historique de la situation, les écoutants aident l'appelant à voir la situation et de ses enjeux de manière plus claire, sans dramatiser ni minimiser les faits.
  • Une information :
    L'écoutant va expliquer les suites qui peuvent être données à l'appel et le rôle des partenaires de terrain pour le suivi du dossier.

 


La levée du secret professionnel

Les faits connus à l'occasion des activités des professionnels de santé sont en principe soumis au secret (article 226-13 du Code Pénal). Cela ne s'applique pas pour des privations ou de sévices infligés à un mineur ou à une personne qui n'est pas en mesure de se protéger, en raison de son âge, son état physique ou psychologique (article 226-14 du Code Pénal et article 434-3). La loi autorise les professionnels de santé à informer les autorités s'ils constatent des actes de maltraitance sans risque de sanction au titre d'une violation du secret professionnel.

Rappel : Non assistance à personne en danger

L'article 223-6 du Code Pénal précise « quiconque pouvant empêcher par son action immédiate, sans risque pour lui ou pour les tiers, soit un crime, soit un délit contre l'intégrité corporelle de la personne s'abstient de le faire est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 75 000 euros d'amende. Sera puni des mêmes peines quiconque s'abstient volontairement de porter à une personne en péril l'assistance que, sans risque pour lui ou pour les tiers, il pouvait lui prêter soit par son action personnelle, soit en provoquant un secours ».